ItalianSpanish English/American Comming soon Français Deutsh Spain
AccueilNous contacterL'actualitéL'agendaNos partenairesQui sommes nous ?
L'Essentiel
Actualité
Agenda
Astro-hippique
Le coin des artistes
Interview & "reportages"
Adresses utiles
Mots croisés
Le courrier des lecteur

 
Le Cheval de A à Web
Les origines
La race
La discipline
Cheval, qui es-tu ?
Allô docteur !
Cheval en détresse
L'incroyable
 
Pratique Equestre
Aux petits soins
Autour du cheval
L'équipement
A cheval !
Les métiers
Equitation d'extérieure
Testez vos connaissances
 
Gratuit
Espace téléchargement
Jeux
 
Divers
  Devenir journaliste en herbe
Partenaires & récompenses
Présentation FLASH
La discipline

Longtemps réservé à une élite, le polo se démocratise aujourd'hui peu à peu. Quoi de plus normal pour un sport passionnant qui mériterait vraiment d'être pratiqué par le plus grand nombre.

. Origine du polo : le polo est l'un des plus anciens sports d'équipe pratiqués dans le monde. Il est en effet né quelque part en Orient il y a plus de vingt siècles. Mais impossible de dire avec précision dans quel pays il est tout d'abord apparu. Les légendes sont très diverses : certains parlent de l'Asie Mineure, d'autres de la Chine Ancienne. Ce qui est certain, c'est qu'il s'agissait d'un sport pratiqué uniquement par les seigneurs et les aristocrates en raison de son coût.
De nos jours, le polo est particulièrement développé en Argentine, en Inde, en Grande-Bretagne, en Australie et aux Etats-Unis. La France ne compte pour sa part qu'environ 500 licenciés mais en constante évolution. Cette disparité résulte du fait qu'en Amérique du Sud par exemple, les chevaux disposent d'immenses prés où ils peuvent être laissés toute l'année, ce qui est beaucoup moins coûteux que de devoir les placer en box comme il se fait en France. En outre, beaucoup de chevaux sont nécessaires à la pratique du polo. Le polo est donc en France un sport encore peu répandu car le pratiquer coûte cher. Mais il est actuellement en pleine démocratisation, ce qui laisse à penser que le nombre de ses pratiquants devrait fortement augmenter dans les années qui viennent. Plusieurs écoles de polo ont en effet récemment vu le jour et permettent aux jeunes cavaliers de s'initier puis de se perfectionner dans ce sport à des tarifs particulièrement intéressants.

. Règles du polo : deux équipes de quatre cavaliers s'affrontent sur un terrain de 275 mètres de long sur 145 mètres de large. Ils doivent frapper une petite balle (en bois, en plastique ou en résine injectée à chaud) de 8,5 centimètres de diamètre (pour un poids de 130 grammes) à l'aide d'un maillet tenu de la main droite (rênes et cravache sont tenues de la main gauche). Une balle correctement frappée peut atteindre les 200 km/h. Le principe est de l'envoyer dans les buts adverses, matérialisés par deux poteaux verticaux d'une hauteur de 3,10 mètres et espacés de 7m50 entre lesquels la balle doit passer, à quelque hauteur que ce soit. Il n'y a pas de gardien de but. Après chaque but (goal), les équipes changent de côté et la remise en jeu (Throw in) s'effectue au centre du terrain. Les matchs sont placés sous le contrôle de deux arbitres à cheval et d'un juge de touche.
Le numéro porté par chaque joueur correspond au rôle qu'il joue au sein de son équipe. Le numéro 1 est un attaquant, le numéro 2 est un attaquant de centre, le numéro 3 est un défenseur de centre et le numéro 4 est un défenseur. Le numéro 1 est toujours marqué par le numéro 4 adverse, le numéro 2 par le 3, etc. Le pilier de l'équipe est le numéro 3. Il s'agit bien souvent du meilleur joueur.
Chaque match se joue en 4 ou 8 périodes (appelées chukkers) de 7mn30 chacune. Mais si durant les trente dernières secondes la balle sort du terrain, heurte les planches qui le délimitent ou entre dans un but, la période est immédiatement arrêtée. Hors un but, une période débute là où la précédente avait cessé.
Entre chaque période, les joueurs changent de monture car les courses effrénées caractéristiques de ce sport sont particulièrement éprouvantes pour les chevaux. Les chevaux sellés attendent leurs cavaliers attachés à une barrière que l'on appelle le palanque. Une équipe doit donc disposer de 16 à 32 chevaux pour disputer un match. Les joueurs n'ont pas le droit de couper la ligne de trajectoire de la balle lorsque cette dernière est frappée, ceci afin d'éviter que les chevaux ne se percutent. Dans le cas contraire, ils commettent une faute (appelée Foul). Mais ils peuvent s'accrocher les maillets (Hook), se marquer pour pousser l'adversaire hors de sa ligne et inverser le sens du jeu en venant à côté du joueur ayant la balle afin de la frapper à contresens de l'action.
Il existe plusieurs manières de frapper une balle :
· Back : coup d'avant en arrière, frappé à droite ou à gauche du cheval, destiné à retourner le jeu.
· Coup droit : swing (coup balancé) vers l'avant à droite du cheval.
· Revers : swing à gauche du cheval vers l'avant.
Quand une faute est sifflée (action trop violente, maillet passé entre ou devant les jambes d'un cheval, ligne de balle coupée par un joueur, etc.), une pénalité est donnée. Les pénalités se tirent à 30, 40 ou 60 yards (un yard est égal à 0,90 mètres) des buts, toujours sur la ligne en avant de la faute. Les corners se tirent à 60 yards.
Enfin, les joueurs possèdent tous un handicap, c'est à dire une cote attribuée par une commission. Les handicaps vont de -2 pour les joueurs débutants à 10 pour les meilleurs joueurs mondiaux. Le handicap d'une équipe (ou nombre de goals) correspond à la somme des handicaps des joueurs. Si une équipe doit affronter une autre équipe ayant un handicap supérieur, elle est créditée de goals d'avance afin d'équilibrer la partie.

. Descriptif du cheval de polo : les chevaux de polo, dits poneys, sont généralement des criollos mâtinés de pur-sang, majoritairement des juments. Du criollo, ils ont gardé l'endurance et la robustesse, et du pur-sang, ils ont acquis la vitesse et l'agilité. Ils mesurent de 1,55 à 1,59 mètres, ont une épaule oblique, une encolure longue, un rein court et des membres forts. Ce sont des montures courageuses qui se prennent généralement très vite au jeu et font fi des coups involontaires reçus pendant les matchs. Elles n'hésitent pas à aller d'elles-mêmes au contact pour permettre à leur cavalier de récupérer une balle lors d'un marquage. Mais bien que volontaires, elles sont aussi très calmes. Parfaitement dressées et dotées d'un équilibre parfait, elles réagissent au moindre sollicitation de leur cavalier et sont extrêmement maniables. Elles sont capables d'enchaîner changements de pied, demi-tours sur les hanches, voltes, arrêts brusques, départs au galop rapides et accélérations foudroyantes.

. Descriptif du cavalier de polo : le polo est un sport difficile et ses joueurs sont toujours de très bons cavaliers, respectueux de leur chevaux. Ils ont une assiette irréprochable et une parfaite indépendance des aides. N'oublions pas qu'ils doivent mener leur cheval au galop d'une seule main tout en ayant l'esprit totalement absorbé par le jeu.
Le polo requière en outre précision, force, souplesse et adresse. Quoi de plus difficile en effet que de devoir frapper correctement une petite balle au grand galop tout en résistant à un adversaire qui pousse et essaye d'accrocher le maillet...
Enfin, le cavalier de polo est un téméraire. Car si les chutes sont relativement rares, elles sont à l'inverse violentes, compte tenu de la vitesse à laquelle galopent les chevaux et du risque de se faire piétiner par un cheval. Mais les accidents les plus fréquents sont dus à des coups de maillet et des collisions entre chevaux.

. Le harnachement du cheval de polo : la selle utilisée en polo est une selle anglaise dotée de larges étriers. Un collier de chasse évite qu'elle ne recule durant les actions du cavalier et les départs au galop rapides. La selle est également équipée d'une sur-sangle au cas où la sangle viendrait à casser durant le match. Tous les enrênements et les embouchures sont autorisés, mais les oeillères sont interdites. Les jambes du cheval sont protégées par des bandes de polo (ou des guêtres) pour amortir les éventuelles coups de maillet et de balle. Les cloches sont autorisées. La ferrure est antidérapante et les postérieures sont équipés de crampons. Enfin, la queue est tressée (ou fixée par une bande autocollante) et la crinière rasée pour éviter qu'un maillet ne s'y accroche.

. L'équipement du joueur de polo: le pantalon d'un joueur de polo est toujours blanc, tandis que son maillot, numéroté selon sa place, porte les couleurs de son équipe. Il est chaussé de bottes fauves ou gold. Les éperons (sans molettes à pointes) sont autorisés, tout comme la cravache. Ses genoux sont protégés lors des marquages et des chocs de balle ou de maillet par des genouillères. Il est obligatoirement muni d'un casque à visière rappelant les casques coloniaux et maintenu par une jugulaire (la perte du casque entraîne un arrêt de jeu). Certains joueurs l'équipent d'une grille de protection du visage. Les maillets, en bambou de Singapour ou en carbone, mesurent de 1,22 à 1,37 mètres en fonction de la taille du cheval. Très flexibles , ils se terminent par une tête (appelée marteau) faite d'un bois très dur (frêne ou hêtre) et pesant entre180 et 220 grammes. La poignée est dotée d'une dragonne que le joueur enroule autour de sa main.

Pas facile d'apprendre le polo...

Le polo s'apprend dans des écoles spécialisées : sur des poneys pour les plus jeunes (poney-polo), directement sur des chevaux pour les adolescents et les adultes. L'idéal est de savoir déjà correctement monter (galop 5 minimum) avant de prendre des leçons de polo afin de pouvoir rapidement se faire plaisir. Il faut compter un an d'entraînement régulier pour être à son aise en polo. Le maniement du maillet s'apprend tout d'abord sur un cheval de bois installé dans une cage grillagée dont le fonds en cuvette permet à la balle de revenir vers le joueur (polo-pit). Le joueur découvre ainsi les différents coups et peut s'exercer sans avoir à diriger un cheval. Quel que soit le coup choisi, la balle doit être frappée avec le centre de la tête du maillet dans sa partie inférieure. Elle est ainsi soulevée du sol. Le geste, nommé swing, s'effectue toujours en équilibre sur les étriers, avec un bras parfaitement tendu. Les coups sont ensuite répétés à cheval au pas, puis au galop très lent. Le joueur ne participe à un match d'entraînement que le jour où il est capable de réaliser parfaitement chaque coup sur un cheval lancé au grand galop. Et s'il se révèle doué, il peut alors intégrer une équipe...à condition bien sûr de disposer d'au moins quatre chevaux, ; des chevaux qui lui appartiennent, qu'ils louent ou qu'un propriétaire lui prête.
Pour plus de renseignements : Union des polos de France, Pelouse de Bagatelle, 75016 Paris.
Tél. : 01 44 14 10 00

 

 


  GRATUIT
Newsletter
Recevez l'essentiel
de l'actualité de l'équitation !
saisissez votre E-mail :
 
s'abonner


h
h


Galoway™ est une marque de Galoway Corporation- © 1999 - 2005, tous droits réservés.
N'hésitez pas à contacter le webmaster pour tout problème sur ce site.