ItalianSpanish English/American Comming soon Français Deutsh Spain
AccueilNous contacterL'actualitéL'agendaNos partenairesQui sommes nous ?
L'Essentiel
Actualité
Agenda
Astro-hippique
Le coin des artistes
Interview & "reportages"
Adresses utiles
Mots croisés
Le courrier des lecteur

 
Le Cheval de A à Web
Les origines
La race
La discipline
Cheval, qui es-tu ?
Allô docteur !
Cheval en détresse
L'incroyable
 
Pratique Equestre
Aux petits soins
Autour du cheval
L'équipement
A cheval !
Les métiers
Equitation d'extérieure
Testez vos connaissances
 
Gratuit
Espace téléchargement
Jeux
 
Divers
  Devenir journaliste en herbe
Partenaires & récompenses
Présentation FLASH
A cheval : Le reculer

le cheval possède aussi une marche arrière !

. Qu'est ce que le reculer ?
Eh bien, en dressage officiel et non officieux et dans les règles de l'art, le cheval doit reculer en restant droit, dans une cadence régulière, parfaitement équilibrée, par bipèdes diagonaux. Le reculer ne consiste donc pas à marcher pas à pas en arrière, dans une cadence à quatre temps, mais bien par bipèdes diagonaux. Eh, non, ce n'est pas simplement une marche en sens inverse, c'est aussi une impulsion en avant qui va se transformer en une impulsion en arrière.
La majorité du temps, cet exercice se pratique au pas. Pourtant, il existe une variante qui s'effectue au galop ! Elle fut créée en 1842 par François Baucher. Cependant, il faut être un fin dresseur équestre pour réaliser cette prouesse. Aujourd'hui, vous pouvez retrouver ce type de dressage dans un des spectacles de Bartabas.
Le reculer chez le cheval n'est pas une allure naturelle, il ne marche pas en arrière pour le simple plaisir de vous épater. Epatant, ce dada ! C'est pourquoi, il faut lui apprendre cet exercice tout en douceur, avec patience et surtout avec une lente progression pour le mettre en confiance (très important). Voici, la première raison, la seconde raison quant à elle se rapporte à un état psychologique de l'équidé : le reculer ou plutôt la tendance à marcher en arrière est la traduction d'un comportement souvent de panique, d'inquiétude lorsque l'équidé se sent en danger. C'est aussi le synonyme d'une fuite en arrière. Par exemple, si vous arrivez en courant (ne faites pas l'expérience, cela n'en vaut pas la peine) dans les écuries pendant que votre compagnon à quatre pattes mange paisiblement de la bonne paille, vous le verrez relever la tête (quoi ? quoi ? mais que se passe-t-il ?), et dans un mouvement de panique, reculer.

. A quoi sert le reculer ?
Voici deux, trois raisons. N'avez-vous jamais vu sur un terrain de concours de saut d'obstacles, lorsque la cloche retentie un cavalier effectuer un bref reculer puis embrancher de suite sur un galop pour débuter son parcours ? Eh bien, il y a une raison à cela. Une des premières fonctions du reculer est de rééquilibrer le cheval sur son arrière-main lorsque celui-ci est trop sur ses épaules afin qu'il puisse sauter convenablement. Il n'est pas très facile d'effectuer un saut pour un cheval le nez en bas et dans l'encolure ! C'est comme si vous aviez " le nez dans la braguette ". Pas facile !
Cela permet également de remettre le cheval " en ordre " lorsque celui-ci à tendance à jouer de son balancier en vous arrachant les rênes, la tête et les épaules vers le bas. Des transitions marche-arrêt-marche favorisent non seulement l'attention de l'équidé à vos ordres mais développe aussi votre complicité. Il est tout de même, nettement plus agréable lorsqu'un cheval réalise cet excercice en harmonie avec son cavalier.
Cet exercice renforce également la souplesse au niveau du dos et des hanches (ou souplesse longitudinale).
En effet, des transitions permettent au cheval d'une part de dissocier l'impulsion en avant de celle de l'arrière et d'autre part, le fait de reculer droit en baissant légèrement les hanches lui permet effectivement d'assouplir tout l'axe de sa colonne vertébrale.

. Quelles sont les aides à employer ?
Avant toutes choses, il faut déjà dissocier l'action des mains et celle des jambes. Il faut également savoir que le reculer, à peu de chose prêt, utilise les mêmes aides que l'arrêt. A une différence tout de même, c'est ce que nous allons vous expliquer. Commencez donc, l'exercice par un ralentissement du pas jusqu'à l'arrêt. L'arrêt s'obtient par des jambes qui restent au contact de votre cheval et des mains qui se ferment doucement sur les rênes jusqu'à l'obtention de l'arrêt. Puis les mains se relâchent et vous obtenez ainsi l'arrêt. C'est là que se situe la différence, au lieu de relâcher vos mains cette fois-ci, vous continuez à les garder fermer sur les rênes. Le cheval rencontrant ainsi une résistance, n'a pas d'autre choix que de reculer. Reculer seulement de trois ou quatre pas, cela suffit largement ! Puis desserrer progressivement vos doigts pour qu'il se remette en avant. Les mains doivent rester à leur place, ne les reculer pas, il ne faut pas non plus les monter, ni les descendre, elles doivent rester devant vous.
Les jambes agissent au contact du cheval, du passage de la marche, à l'arrêt et continuent leur action dans l'impulsion en arrière. Elles accompagent chaque postérieur afin que le cheval ne se traverse pas notamment. Puis, les deux jambes à la sangle, ouvrez légèrement vos doigts et votre cheval se remet
dans une impulsion en avant.

. Les erreurs les plus courantes sont :
. un cavalier qui aura tendance à trop vouloir tirer sur les rênes pour forcer son cheval à marcher en arrière. L'équidé finira par exécuter l'exercice non pas par obéissance mais parce qu'il y est contraint, autrement dit c'est un comportement de défense et de soulagement. Esthétiquement, cela n'est pas très joli à regarder car le cheval se défend contre la main, en secouant et en levant la tête, afin d'échapper aux tensions des mains qui elles hélas ne veulent pas céder. Soyez plus modéré dans vos demandes.
. le cheval se " traverse ", cela signifie qu'il ne recule pas droit. Souvent parce qu'il y a un léger déséquilibre dans l'utilisation et le dosage des aides (dominance d'une jambe par rapport à l'autre, notamment) ou tout simplement parce que le poids du corps du cavalier est légèrement désaxé. Un conseil si votre cheval se traverse, il faut remettre les épaules devant les hanches et non l'inverse. Avant de recommencer, prenez bien soin de bien vérifier vos aides.
. un cheval qui marche vraiment en arrière et non pas par bipèdes diagonaux : quatre temps au lieu de deux. Deux raisons sont possibles. La première, c'est que votre cheval a tellement l'habitude de cet exercice qu'il s'est pris au jeu et qu'il pratique cet exercice d'une manière tellement naturelle qu'il marche véritablement en arrière et ce, pas à pas. Seulement, voilà, dans les reprises de dressage, seul le reculer par bipèdes diagonaux est admis. Dommage ! La deuxième raison, c'est que le cheval ne comprenant pas toujours exactement les ordres de son cavalier reculera d'une façon désorganisée, pas à pas (souvent de tous petits pas). Alors soyez, clair, précis et calme dans vos demandes, car trop de précipitation entraîne de la confusion.
. demander à un jeune cheval la même chose qu'à a un équidé averti ou non préparé à l'exercice. Pour un jeune cheval, s'il recule d'un ou deux pas, c'est déjà très bien, Sachez-vous contenter de peu et d'un petit progrès chaque jour. Il ne faut pas demander non plus l'impossible à votre monture.

 

Hippo-astuces : apprenez lui à deux pour le mettre en confiance !

Le reculer n'est pas un exercice très facile à comprendre pour un jeune cheval puisqu'en général cela le met en situtation de stress. Une méthode un peu plus en douceur permet davantage à le rassurer. Il s'agit d'effectuer l'exercice à deux : une personne au sol et une personne à cheval bien évidemment !
Comment le pratiquer : le cavalier sur sa monture indique les ordres par l'intermédiaire de ses aides au cheval alors que le cavalier au sol à l'aide de ses mains repousse légèrement le cheval vers l'arrière ce qui l'incite à reculer. Contentez-vous d'un ou deux petits pas en arrière et féliciter votre monture pour lui montrer qu'il n'y aucun danger à reculer et que l'exercice est compris.

 

 


  GRATUIT
Newsletter
Recevez l'essentiel
de l'actualité de l'équitation !
saisissez votre E-mail :
 
s'abonner


h
h


Galoway™ est une marque de Galoway Corporation- © 1999 - 2005, tous droits réservés.
N'hésitez pas à contacter le webmaster pour tout problème sur ce site.